Une page se tourne …

Hier soir, a eu lieu le second tour des élections régionales dans notre île et dans toute la France.

Depuis de nombreuses années, la vie politique de notre île avait été dominée par la famille Vergès (de père en fils). Son père a été un des pionniers en 1946, avec Léon de Lepervenche et Aimé Césaire, pour  proposer la loi de la départementalisation au  gouvernement en place à l’époque.


Aujourd’hui, ce n’est plus le cas puisque Monsieur Paul Vergès a été battu au second tour par le candidat de la majorité présidentielle Didier Robert.



Celui-ci, maire de la commune du Tampon depuis le retrait d’André Thien Ah Kon en 2006, a réusi à inverser la tendance dans notre île.

Même si, cette victoire résulte d’une désunion des partis de gauche dans l’île. L’UMP l’a emportée avec environ 45,46 % des voix ( 27 sièges) contre 35,55% des suffrages pour Paul Vergès  (12 sièges) et 18,99% (6 sièges) pour Michel Vergoz, candidat du Parti Socialiste.


Il ne reste plus, maintenant au nouveau président du Conseil Régionale d’investir son nouveau bureau et de démissionner de son poste de maire.

Publicités

1 Response to “Une page se tourne …”


  1. 1 lpuren 15 avril 2010 à 15:53

    ça manque vraiment d’articles… il va falloir alimenter votre blog plus régulièrement si vous ne voulez pas être pénalisée au niveau de l’évaluation


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




mars 2010
L M M J V S D
    Avr »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A dame créole

Au pays parfumé que le soleil caresse,
J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés
Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse
A dans le cou des airs noblement maniérés ;
Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire?
Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
Belle digne d'orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,
Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,
Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

Charles Baudelaire.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :