La case créole, un art de vivre

Les maisons créoles, petites ou grandes, sont appelées « cases ». Elles furent construites à l’origine par des charpentiers de marine. Le style va du néo-classicisme pour les grandes demeures des riches propriétaires, à la simplicité des petites cases de couleurs vives, s’agrandissant au fil des naissances. Souvent, la partie inférieure du toit est ornée de lambrequins, pièces de bois aux motifs dentelés qui apportent un cachet unique à la construction. Les grandes cases ont souvent une varangue, espace ouvert et abrité pour prendre le frais. Dans les cases traditionnelles, pour éviter les risques d’incendie, la cuisine était séparée du corps de l’habitation principale.


Publicités

0 Responses to “La case créole, un art de vivre”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




mai 2010
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A dame créole

Au pays parfumé que le soleil caresse,
J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés
Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse
A dans le cou des airs noblement maniérés ;
Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire?
Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
Belle digne d'orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,
Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,
Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

Charles Baudelaire.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :