Le Grand Raid, la “diagonale des fous”

Cette course prend son départ dans les magnifiques paysages du volcan. Il faudra affronter 8 395 m de dénivelé positif et parcourir 130 km de sentiers avant d’atteindre Saint-Denis. Le meilleur coureur mettra 17 h 56 minutes. Imaginez, monter et descendre 28 fois les marches de la Tour Eiffel en 18 h sans s’arrêter !

L’année dernière, 3 métropolitains se sont illustrés en arrivant les premiers devant les natifs de l’île.  A la première place, on retrouve le savoyard Julien Chorier, puis Antoine Guillon et enfin Erik Clavery.

Pour illustrer ce que vivent ses hommes et femmes qui parcourent chaque année cette diagonale, voici un reportage en trois parties réalisé par la chaîne de télévision Canal +.





Publicités

0 Responses to “Le Grand Raid, la “diagonale des fous””



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




mai 2010
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A dame créole

Au pays parfumé que le soleil caresse,
J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés
Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse
A dans le cou des airs noblement maniérés ;
Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire?
Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
Belle digne d'orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,
Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,
Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

Charles Baudelaire.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :