Le tournoi de Roland Garros, hommage à un Réunionnais

Et oui, le tournoi de tennis de Rolang Garros est un hommage à l’aviateur réunionnais qui lors de la première guerre mondiale est mort pour la France. Il est devenu ainsi un des pionniers exemplaires qui ont profondément marqués les débuts de l’aviation.

Aujourd’hui, son nom est connu de tous par rapport aux Internationaux de tennis à Paris.

Dans quelques semaines commencent cette compétition, l’an dernier Roger Féderer a réussi pour la première fois à remporter le seul grand chelem qui lui manquait. Mais cette année, il y a une nouvelle, et oui le « taureau de Manacor » Rafaël Nadal est de retour et a déjà depuis le début de la saison 2010 sur terre battue remporté 2 titres de Masters 1000 ( Monte-Carlo et Rome) sur deux compétitions qu’il a disputé.


Dés ce lundi, débute le Master 1000 de Madrid qui nous donnera encore de nouvelles clès pour savoir qui est prêt ou pas à entamer positivement Rolang Garros !!!!! A trois semaines du coup d’envoi de cette compétition les « quatre mousquetaires » français  (Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils, Gilles Simon et Richard Gasquet) doivent jouer leurs cartes pour qu’un Français triomphe de nouveau  dans l’arène parisien (ndrl : dernier français à avoir gagné Rolang Garros : Yannick Noah en 1983).

Publicités

0 Responses to “Le tournoi de Roland Garros, hommage à un Réunionnais”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




mai 2010
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A dame créole

Au pays parfumé que le soleil caresse,
J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés
Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse
A dans le cou des airs noblement maniérés ;
Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire?
Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
Belle digne d'orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,
Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,
Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

Charles Baudelaire.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :