Hommage à un petit prince de la chanson française disparu trop tôt maintenant 3 ans

Et oui, cela fait 3 ans que Grégory Lemarchal est mort à la veille de ces 23 ans. La semaine prochaine, le 13 mai, il aurait fêter ses 27 ans !!!! Atteint de la mucoviscidose, il avait remporté avec un succès indéniable la Star Académy en 2004; à cette époque-là, j’avais 16 ans et j’étais « fan » de la Star Ac’ comme tous les jeunes. Je n’oublierais jamais une de ses prestations : Sos d’un terrien en détresse. Beaucoup d’émotions dans sa façon d’exprimer cette chanson, c’est un ange descendu du ciel !!!!! Même le compositeur de cette chanson, Luc Plamondon, en a eu les larmes aux yeux. Grégory a su à travers ses chansons exprimés ce qu’il ressentait : sa maladie, son courage, sa volonté de vivre et ses amours. Voici ma playlist Grégory, fait sur Deezer, premier site de musique à la demande gratuit et légal.

Vodpod videos no longer available.

more about « Musique à la demande, musique gratuit…« , posted with vodpod

Publicités

0 Responses to “Hommage à un petit prince de la chanson française disparu trop tôt maintenant 3 ans”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




mai 2010
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A dame créole

Au pays parfumé que le soleil caresse,
J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés
Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse
A dans le cou des airs noblement maniérés ;
Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire?
Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
Belle digne d'orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,
Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,
Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

Charles Baudelaire.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :