Wimbledon nous voila ………………

Après sa victoire à Roland Garros, Rafael Nadal s’attaque dés cette semaine à un autre Grand Chelem : celui du Tournoi de Wimbledon se déroula sur gazon.

Et oui à peine deux semaines après son sacre à Roland Garros, tout le monde se retrouve durant deux semaines intensives à Londres pour essayer de détrôner pour la seconde fois de son histoire à Wimbledon Roger Federer. En effet, seul Nadal a réussi cela en 2008 après un match très accroché en cinq sets un record dans ce tournoi.

Même si une injustice demeure pour ce début de tournoi, car Federer reléguait depuis deux semaines à la deuxième place mondiale, il hérite pourtant de la première au détriment du « Taureau de Manacor ». Cette injustice a pour conséquences principales que Nadal hérite d’une partie de tableau très difficile contrairement à son illustre rival le suisse Roger Federer.

Souhaitons à ses deux-là d’atteindre la finale pour que l’on puisse voir une revenge par rapport à la finale de 2008.

Quant aux Français, prions qui puissent se hisser au moins en demi-finale.

Publicités

0 Responses to “Wimbledon nous voila ………………”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




juin 2010
L M M J V S D
« Mai   Sep »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A dame créole

Au pays parfumé que le soleil caresse,
J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés
Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse
A dans le cou des airs noblement maniérés ;
Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire?
Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
Belle digne d'orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,
Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,
Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

Charles Baudelaire.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :