Les épices constituent une des plus grandes richesses dans notre île.

Un peu d’histoire pour commencer :

Dans l’Antiquité, les Grecs consommaient déjà la canelle venant de l’Inde. Au Moyen-Age, pas un festin ne se faisait sans une cuisine épicée. Pour prendre ce marché lucratif alors aux maisn des Vénitiens et des Arabes, les occidentaux comprirent qu’il était nécessaire de trouver la mystérieuse route maritime des épices. En 1497, les Portugais ouvrirent la voie par l’Océan Indien et découvrirent l’Inde, suivis par les puissances européennnes. La production et le commerce des deux plus précieuses épices (muscade et girofle) étant sous le contrôle militaire des Hollandais aux Moluques (Indonésie), il fallut atendre 1770 pour les ntroduire à Maurice et à la Réunion. C’est un français, Pierre Poivre, qui vrisa lemonopole hollandais en dérobant des plants de ces épices lors de voyages en Indonésie. A la fin de ce siècle, le marché des épices régressa et perdit de son intérêt. L’Europe adoucissait sa cuisine et découvrait le thé, le sucre, le café et  le cacao. Pour sa part au fil du temps, la Réunion a intégré toutes ses épices à sa cuisine.


Pierre Poivre ( 1719-1786) était un séminariste lyonnais féru de botanique. Il déroba aux Hollandais la noix de muscade et le giroflier pour les introduire à Maurice et à la Réunion. Intendant du roi, il développa la Jardin Royal de Pamplemousses à l’île Maurice. Pour l’anecdote, sa femme, qui avait toujours repoussé les avances galantes de Bernardin de Saint-Pierre, inspira à celui-ci le roman « Paul et Virginie ».

Voici quelques épices présentes dans l’île :

Tenez quelques recettes que vous pouvez faire avec ces épices :

Le rhum épices : A consommer avec prudence. C’est un aphrodisiaque redoutable !!!!!!

Il faut :

– 1 litre de rhum blanc;

– 4 bâtons de cannelle;

– 6 clous de girofle;

– 1/4 de noix de muscade;

– 2 gousses de vanille;

– 1 petit piment rouge sec;

– 5 grains de poivre noir;

– 5 cuillères à soupe de sucre roux.

Laissez macérer pendant 3 mois et après vous savez quoi faire avec !!!!!

Les rougails

Les rougails sont les condiments à base de piment vert qui accompagnent la cari. Le plus connu, est l’incontournable rougail tomate. Mais les rougails bringelles, zévi, tamarin vert, pistache, citron ou mangue peuvent être servis selon les préparations culinaires.

  • Rougail tomate :

Ingrédients : 2 tomates, 4 petits piments, 1 oignon moyen, sel. (On peut améliorer avec du gingembre ou du combava émincé)

Pilez le sel et les piments. Hachez finement l’oignon et les tomates. Mélangez ensemble.

  • Rougail mangue (pour 4 personnes) :

Ingrédients : 2 mangues vertes, 2 gros oignons, 5 petits piments, 2 cuillères à soupe d’huile, 1 cuillère à café de gros sel.

Pelez les mangues et hachez-les au couteau au dessus du bol d’eau. Essorez le hachis dans un torchon. Pilez le sel et les piments. Hachez finement les oignons. Mélangez le tout.


Publicités

0 Responses to “Les épices”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A dame créole

Au pays parfumé que le soleil caresse,
J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés
Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse
A dans le cou des airs noblement maniérés ;
Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire?
Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
Belle digne d'orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,
Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,
Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

Charles Baudelaire.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :