Avant tout, je souhaite vous présenter l’île sur laquelle je vis depuis petite.  La Réunion est une île d’environ 810 000 habitants, elle est située en plein Océan Indien.

Cette île est devenue un département français à partir de 1946 sous la IVè République.

Elle compte 24 communes  peut-être 25 avec La Rivière dont  trois cirques .  C’est   une île volcanique qui  possède deux  volcans : le Piton des Neiges et le Piton de la Fournaise.

Le Piton des Neiges mesure 3070.50 mètres, c’est un volcan inactif, tandis que le Piton de la Fournaise, lui, est actif (de type hawïen), il mesure 2631 mètres.

Cette île est riche par sa diversité culturelle, mais aussi par sa faune et sa flore.

un pied d’anthurium

le caméléon Endormi, reptile de la Réunion

Un peu d’histoire dans ce monde de brute !!!!!!!!

Il y a environ trois millions d’années, surgissait dans l’océan Indien entre Madagascar et l’îleMaurice, l’un des plus importants volcans qui allait devenir l’île de la Réunion.

Ce volcanisme a façonné un relief montagneux unique au monde. La diversité des paysages, l’exubérance de sa flore et des microclimats très particuliers, ont fait de cette île tropicale une destination prisée des amoureux de la nature. Le métissage de sa population venue de différents continents a légué une culture créole authentique. Aujourd’hui, cette identité créole s’exprime à travers sa langue, sa cuisine, sa musique et son architecture pour en faire un véritable art de vivre.

  • Saint-Denis, un petit fortin devenu chef-lieu :

C’est un bateau, le Saint-Denis, qui en 1667 donne son nom au futur chef lieu de l’île Bourbon. La ville se construit rapidement comme un damier, les rues se coupant à angle droit. De 77 habitants en 1690, elle est passée à plus de 140 000  habitants aujourd’hui devenant ainsi la plus grande ville d’outre mer. Saint-Denis invite à découvrir mes vieilles cases créoles, les bâtiments de la Compagnie des Indes et à flâner sur le Barachois au coucher du soleil.


  • Le Sud Sauvage, la douceur de vivre :

Au sud de l’imposant massif de la Fournaise, la côte rocheuse et déchiquetée est constamment battue par la forte houle du grand sud, ou parfois envahie par les coulées de lave. Cette terre de forêts primitives et humides abrite des espèces végétales endémiques rares. On y cultive les plantes à parfum comme le vétyver et le géranium ainsi que le curcuma. Le long de cette côte dangereuse mais poissonneuse, aucun port n’abrite les barques de pêcheurs. De simples rampes taillées dans la roche rendent le halage des chaloupes particulièrement acrobatique et risqué. Cette région sauvage reste l’un des derniers refuges d’une certaine douceur de vivre créole.



  • Le cirque de Salazie, cascades et petites cases :

Ce cirque verdoyant et agricole tient son nom du malgache « Salaozy » signifiant le bon campement. Refuge de « marrons » au XVIIe siècle, il se développe dés 1842 à Hell-Bourg grâce à la découverte des eaux thermales. Aujourd’hui, ses 8 000 habitants se consacrent à l’agriculture maraîchère et à l’élevage de volailles et de porcs. Le légume qui fait la renommée du cirque est le chouchou originaire du Mexique. Il est cuisiné de différentes manières. Actuellement, on assiste au développement du tourisme vert grâce à un habitat préservé et authentique, tel que celui des petites cases de Hell-Bourg.

  • Les Hautes plaines, fraîcheur et dépaysement :

C’est la seule voie de passage naturelle d’est en ouest, entre les deux massifs volcaniques de l’île. Deux plains taillées en escalier se succèdent avec des paysages différents. A l’est, la Plaine des Palmistes, verte et humide, est un lieu de villégiature apprécié pour sa fraîcheur pendant les grosses chaleurs. Plus à l’ouest, la Plain des Cafres offre une lande dénudée et fraîche. Les deux plaines sont séparées par le col de Bellevue (1606 m) tout proche du volcan. A quelques kilomètres des plaines la mystérieuse forêt primaire de Bébour-Bélouve offre aux amoureux de cinéma un décor digne de « Jurassic Park ».

  • Le volcan, l’incontournable à la Réunion :

C’est l’endroit le plus marquant de l’île. En quelques kilomètres le vert paysage tropical devient un désert minéral et lunaire. Le massif du volcan de la Fournaise est né il y a 500 000 ans sur le flanc sud-est du volcan du Piton des Neiges (éteint depuis  12 000 ans). De ses  2366 m,  le volcan domine les grandes caldeiras (grandes dépressions) qui l’entourent comme le Rivière des Remparts, la Plaine des Sables ou l’enclos de Bellecombe. Ce volcan ne présente guère de danger et il n’est pas rare d’observer une à deux éruptions spectaculaires par an.

  • Le cirque de Cilaos, une image montagnarde :

Comme les autres cirques, il fut peuplé au début par des esclaves enfuis qui lui donnèrent le nom malgache de « Tsylaosy » (le lieu qu’on ne quitte pas). L’économie du cirque prend son essor dés l’abolition de l’esclavage et la découverte des sources thermales. Mais c’est en 1927, après la construction de sa spectaculaire route (la route nationale 5 passant par La Rivière), que le cirque s’ouvre vers l’extérieur. Aujourd’hui, les 6000 habitants vivent de la vigne, des lentilles, de la broderie et du tourisme vert de montagne avec gîtes et tables d’hôtes. C’est son image montagnarde qui donne au cirque tout son attrait.


  • L’Ouest, la côte sous le vent :

Protégée des alizés par son relief montagneux, la côte ouest est une région sèche. Ses côtes sont bordées par de savanes brûlées par le soleil. Elle abrite des plages de sable blanc ou noir, des lagons émeraudes et de hautes falaises noires plongeant dans l’océan. En allant dans les « hauts » pour échapper aux grosses chaleurs, on retrouve l’authenticité des « petits planteurs » cultivant leur carré de plantes diverses dont le géranium.  Plus haut encore, et avant d’atteindre les landes dénudées surplombant les remparts, les forêts de tamarins noyées par le brouillard sont de véritables lieux de détente.


  • Le cirque de Mafate, paradis des randonneurs :

Cirque sauvage et mystérieux, il est uniquement accessible par des sentiers escarpés ou par hélicoptère. Peuplé au début par des esclaves enfuis, un de leur chef, le sorcier Mafate, lui donna son nom. Celui-ci signifie en malgache « celui qui pue », en raison de sources sulfureuses malodorantes, qui ont disparu depuis. Aujourd’hui, ce cirque grandiose et chaotique est habité par au moins 750 personnes. Il est géré par l’ONF (organisation nationale des forêts) qui entretient 120 km de sentiers balisés. Une dizaine d’îlets, pourvus de gîtes, vous invite à goûter la quiétude de ce lieu hors du temps.

  • Saint Expédit, le saint local :

A la Réunion, les autels rouge sang de Saint Expédit sont très nombreux au bord des routes. A l’origine, il s’agissait d’un légionnaire martyr romain du nom d’Elpédius, mort en Asie Mineure en 303 après Jésus Christ. Mais un copiste religieux fit une erreur de transcription en l’écrivant Expéditus. L’Église le raya de ses saints vers 1900. Son culte s’est développé à la Réunion après la première guerre mondiale. Il est prié pour exaucer rapidement les vœux, résoudre les conflits ou apporter l’amour. Certains l’utilisent même pour jeter un mauvais sort. En cas d’échec, il n’est pas rare de retrouver sa statue fracassée en guise de représailles !!!!!


Publicités

1 Response to “La Réunion, île intense aux paysages gigantesques”


  1. 1 arbrealettres 9 mai 2010 à 07:13

    Bravo Maeva pour cette présentation de cette Magnifique Ile (((-:
    J’y suis allé il y a plusieurs années et j’avais été enchanté
    par les paysages grandioses et aussi la chaleur du climat et … de la population
    … dommage que ce soit aussi loin pour un wk!! lol!!
    Bonne continuation!
    Quelques photos ici de la Bretagne si tu ne connais pas
    pas aussi grandiose mais joli aussi! lol!
    http://arbreaphotos.wordpress.com ((-:


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A dame créole

Au pays parfumé que le soleil caresse,
J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés
Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse
A dans le cou des airs noblement maniérés ;
Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire?
Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
Belle digne d'orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,
Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,
Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

Charles Baudelaire.

Archives


%d blogueurs aiment cette page :