Bienvenue à tous dans mon univers !!!

Je me présente, je m’appelle  Maëva et je voudrais bien devenir votre

guide pendant un laps de temps que vous allez naviguer sur mon blog. Je suis en Licence de Français Langues Étrangères (FLE) à l’université de la Réunion sur le Campus Sud.

J’espère que vous  viendrez faire un petit tour sur mon blog pour découvrir l’île de la Réunion.

Bonne visite à vous !!!!

XOXO

PS : si  vous souhaitez découvrir les blogs de mes camarades de classe c’est ICI

1 Response to “Accueil”


  1. 1 huetemb 5 mars 2010 à 18:16

    Kikoo, comment vas tu? Moi je m’amuse, il y a tellement de vidéo, de chanson réunionnaise que je veux mettre dessus mon bloc, que je ne sais plus lesquelles choisir. Mais bon je me limite quand même à deux ou trois.Et toi comment t’ensort tu? Big bizz à mardi


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




juin 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A dame créole

Au pays parfumé que le soleil caresse,
J'ai connu, sous un dais d'arbres tout empourprés
Et de palmiers d'où pleut sur les yeux la paresse,
Une dame créole aux charmes ignorés.

Son teint est pâle et chaud ; la brune enchanteresse
A dans le cou des airs noblement maniérés ;
Grande et svelte en marchant comme une chasseresse,
Son sourire est tranquille et ses yeux assurés.

Si vous alliez, Madame, au vrai pays de gloire?
Sur les bords de la Seine ou de la verte Loire,
Belle digne d'orner les antiques manoirs,

Vous feriez, à l'abri des ombreuses retraites,
Germer mille sonnets dans le cœur des poètes,
Que vos grands yeux rendraient plus soumis que vos noirs.

Charles Baudelaire.

Archives